Quantcast

Très jeune vie parisienne caniculesque

 

1959318_664396323657689_4386666300966831640_n


Jour je ne sais plus combien, jour de grande chaleur, jour à rester chez soi, mais même chez soi il fait chaud. Jour où on découvre au fond d’un placard un vieux ventilo. Dieu merci il marche, mais il faut vraiment s’y coller pour sentir la brise de l’air qui tourne. Alors on s’y colle, parfois on s’oublie et on se demande d’où vient ce bruit. Souvent ça donne mal à la tête tout ça. 

Alors on voudrait boire un grand verre d’eau avec un doliprane , mais on peut pas, c’est carême time! 
On s’endort, mais on est vite réveillé par une voisine qui joue aux cantatrices d’opéra. L’aigu de sa voix cogne contre le mal de tête. J’ai envie de crier ta guuuueeeelle, bel3iiii femek, mais je sais pas si ça se fait. C’est pas à Alger qu’on entendrait ça. Mes voisins algérois me manquent d’ailleurs, la vue du père  de famille qui traîne sur le balcon en tricoudepou blanc restera à jamais dans ma mémoire.

lire la suite

Chronique R

photo-12
Comme je l’avais dit, je suis en France, et j’avais décidé de manger de la chorba en sachet!
Premier test, jour 1, avec un paquet Jumbo ramené d’Alger. Dix minutes avant 22h, je mets donc le contenu  dans de l’eau et je touille en chantant l’ancien slogan jumbooo jumboooo! l’ banaa l’banaaaaaa! heureuse qui comme Ulysse a traversé la méditerranée avec les senteurs du pays.
Résultat : Digoulasse. Un manque de goût, orné pourtant d’un étrange et vague arrière-goût d’agneau (mais c’était peut-être dans ma tête).
J’ai dû trop chanté et pas assez touillé, parce que les vermicelles sont restés au fond.
Tout ce monde a donc fini dans les canalisations, saha ftourkom!

 

Jour 2, la journée s’annonce longue, elle commence par un mal de tête. Rester au lit toute la journée, à l’abri du temps un peu chaud, des boissons fraîches sur les terrasses de café, est un doux rêve. Mais il faut sortir, s’activer, vivre.
Dans le bus, la femme en face a son rouge à lèvres qui fuit, j’hésite à le lui dire mais je me lance, ça sera ma hassana* du mois. A côté, deux lycéennes regrettent de ne pas avoir dit au revoir à leur prof de maths et se demandent ce qu’elles vont faire pour la fête de la musique. Bien qu’elles en soient un peu lassées. Elles parlent de la soirée de Marc qui coïncidera peut-être avec celle de Pauline, que faire, que faire?

lire la suite

La Vie Electrique

10485882_809312729109673_1146510938702129928_n

 

 
Que le temps a filé ! Déjà une année qui s’écoule depuis le précédent Ramadan, et tant de choses différentes.  Il y a un an, je me souviens que j’abordais le mois avec peu de sérénité, mais je crois que j’étais heureuse qu’il arrive, c’était comme un time-off, un temps suspendu où tout prend une autre teneur.

 
L’air prend une certaine lenteur, et au fil des jours, à une certaine heure de la journée, il y a quelque chose d’un peu électrisant à avoir le ventre vide. C’est le corps entier qui s’éclate avec autre chose. Je sais pas si c’est clair ce que je raconte ( je pense pas…), mais depuis quelques années, c’est le mot « grisant » qui me vient pour qualifier le jeûne à ses belles heures.
Je saurais pas l’expliquer, mais c’est une jolie sensation.

 

Sinon y a des heures moins sympas, je vais pas vous jouer le moine. Y a ces moments où tu regardes les gens en train de manger dans les séries et que t’as envie de frites, ce moment où ta gorge est tellement sèche que tu te demandes comment tu vas tenir. Tu vas au lavabo te gargariser un peu, et t’aperçois le voisin d’en face qui te mate, sauf qu’il te voit pas cracher et il te fait sa grimace « yekhi khamja yekhi » *.

 

 

Cette année, je suis en France et quand j’ai vu les horaires ( maghreb à 22h comême), j’ai eu peur. Une amie m’a même dit « j’espère que ce sont des horaires de train! ».
Mais comme le répète ma grand-mère, tout passe. Toujours énormément plus vite qu’on ne le pense, et quand c’est fini, on est déjà un peu nostalgique, parce qu’aucune atmosphère ne se récupère. Et parait qu’il faut jeûner avec des pensées positives.

 
Au delà des heures tardives ( fuck l’heure d’été -première pensée positive), ça va me faire drôle d’être seule. Je me suis habituée aux ambiances frénétiques algéroises. Le monde à la maison, les crises parce que le bourek ne frit pas, qu’est ce qui se passe, est-ce qu’on fait une pizza? ( là d’où je viens, on fait de la pizza pendant ramdane..), on a oublié de mettre le lben au frigidaire, le jour où mon père a découvert le prix de la bouteille de Schweppes qu’on achetait chaque jour, j’ suis trop fatiguée pour débarrasser, est-ce qu’on sort? pour aller où? Laisse tomber, trop d’embouteillages, pas de stationnement.
Est-ce qu’on va aux tarawih? Ah non ça c’est pas moi, pardon. De toute façon les tarawih** c’est devenu un lieu de rencontre (phrase entendue chez tout le monde)  
Et tout ce que vous avez déjà de mes ramadan stories! 

 

 

Alors avant de venir, j’ai acheté de la chorba en sachet…. Sachez qu’à Alger, on trouve beaucoup de hrira en sachet, mais peu de Chorba, why why? C’est sûrement bien dégueulasse, mais j’essaierai, et je vous tiendrai au courant! Il ya aussi de fortes chances que je reparte à Alger en courant, mais en attendant, je vous souhaite de jeûner avec sérénité et paisibilité (ça fait bien de dire ça),  et d’ignorer le reste. Le reste: Les gens qui vous cassent votre délire avec leurs remarques à deux sous, les mecs qui vous balancent fatartini*** parce que vous êtes en robe, la connasse qui vous dit qu’il faut pas mettre de mascara, l’esthéticienne qui refuse l’épilation du minou (ah conversation trépidante à vous rapporter à ce sujet), les gens trop cool qui pensent que tous les jeûneurs sont des hypocrites. Et moi qui ne sait plus où mettre l’accent circonflexe dans jêûnêr, alors que ça n’a même pas commencé.
Bon Courage! Rabi m3aknom, et moi m3akom aussi, jusque dans vos vraies chorba ;)

 

Mamzelle Namous

*It means Pauv’ fille ( restons polis…)
** Prières/lecture du Coran, à la mosquée ( d’où le lieu de rencontres ;), ou chez soi.
*** Accusation de cassage de jeûne, pour cause de sexytude, et de réaction animale. 

Avoir 28 ans.

Romy_Schneider_mirror4
Le jour de mes 28 ans, il y a deux ans, j’étais mdepressia et presque en pleurs. Tout ça parce que j’en étais pas arrivée au point que je m’étais fixée quelques années plus tôt.
J’avais un calendrier de ma personne, le truc à pas faire.
J’étais donc au bureau de la charika, triste comme les pierres, incapable de travailler, matant les murs encore un peu blancs et le mobilier morose.
Le téléphone fixe sonne, c’est en général le directeur qui veut vous voir pour vous rappeler à l’ordre ou une personne perdue qui cherche quelqu’un et qui vous a pris pour le standard.
C’était la réception : « madame, il y a un bouquet de fleurs pour vous ».
What?
Avant de me trouver, le bouquet avait fait le tour de plusieurs étages, tout l’immeuble était donc au courant et hilare.
Je descends, interloquée, un énorme bouquet de roses rouges m’attend.
Je savais déjà pas qu’on pouvait faire livrer des fleurs en Algérie, alors à moi, au boulot, c’était la big surprise.
J’avais une idée de qui c’était, une amie merveilleuse. Mais évidemment, tout le monde autour pensait que j’avais un mystérieux amant.
Alors que c’était mieux que ça! J’avais une amie prête à me redonner le sourire et l’éclat de rire, et mission réussie.

 

J’étais bête de déprimer comme ça. 28 ans, c’est encore grandement l’âge de tous les possibles, de toute la jeunesse.
On a gagné un peu en maturité ( à peine), on sait un peu ce qu’on veut, beaucoup ce qu’on veut pas, mais les erreurs sont légitimes. On a pas de rides, peut-être 3 cheveux blancs ( et on pleure en les comptant!). On récupère moins bien des longues soirées mais on les fait quand même, on n’ose plus la nuit blanche, mais parfois elle nous rattrape et dans ces cas, y a toujours une amie ou deux qui la subit aussi et qui discutaillera avec nous entre 3h et 6h du mat.

 

Les vieilles dames nous diront « tu n’es pas mariée? Tu as quel âge ma fille? » -Aaaah tu es jeune, mais hadak houwa*! Avec toute la bienveillance du monde.
Et nous on comprendra pas pourquoi cet empressement.
Alors qu’on se presse aussi pour d’autres choses.

 

On aura des envies de voyages entre copines, des envies de rencontres éphémères qui durent, et on acceptera le deal de la souffrance. On aura pas assez vécu en fait. Pas assez vu. On sera encore assoiffées. Makhlou3ates** de la vie.
Chaque chose sera bonne à prendre, on vivra sous le mantra du « profite, profite ».
On pensera qu’on a le temps, tout en ayant déjà conscience de chaque moment.

 

Certaines n’auront pas le temps, elles n’examineront pas leurs premières rides à la loupe comme si la survie du monde en dépendait , elles n’auront pas 28 ans. Leur sublime jeunesse sera figée, vivra ailleurs, dans le corps et le regard des autres.
Et plus personne n’aura à chialer du temps qui passe, parce que c’est merveilleux de pouvoir avoir 28 ans.

 

Joyeux anniversaire à tous ceux qui sont nés un 18 mai ! On fait aujourd’hui un revival du Club Dorothée et on vous chante une chanson!

 

Mamzelle Namous

 

*yalaaa il est temps! 

**des so excited de la life! 

White is the Color of..

img-1971

 

L’autre fois, quelqu’un me disait qu’Alger c’est fini, qu’Alger c’était avant (dzayer bekriiiii), qu’il n’y a plus rien à construire, à faire, que c’est le règne de la médiocrité et de la morosité. Qu’il fallait partir, fuir ailleurs.
Et j’ai trouvé le mot « fuir » à point. Je ne sais pas s’il est juste, mais il résonne.
Quand on quitte « sa ville », peu importe la raison, on a ce sentiment de fuite. En avant, en arrière, en n’importe comment, je sais pas.
On quitte un amour, un bleu du ciel, un t-shirt blanc sous une chemise bleu. Ce t-shirt dont on apercevait juste le col, d’une blancheur irréprochable et qui nous donnait envie de plonger dedans.
Sauf qu’à un moment on ne peut plus. On le regarde, mais l’envie de succomber se teinte de trop de triste. Et quand les sentiments deviennent marrons, la vie est morose oui.
Alors faut arrêter, partir. Loin, si on peut.
Une dizaine d’heure d’avion, ça serait le rêve. Se réveiller dans un autre fuseau, la peau un peu sèche, peut-être un peu grise, mais remplie de quelque chose.
Voir un autre ciel, d’autres arbres, des gens différents. Qu’ont plusss le sourire et l’envie de parler vraiment. Alors on se dit qu’il y a une vie à se faire, qu’Alger et son col blanc ça sera du souvenir heureux.
Mais cette forme d’Alger plane toujours quelque part dans l’air. Ca plane tellement fort qu’on voudrait l’attraper et tout recommencer. Ca cogne contre le soleil, ça pince le ventre, ça fait mal à la gorge.
Mais c’est déjà quelques heures plus loin, et au fur à mesure, ça sera peut-être quelques vies avant.

Mamzelle Namous