Quantcast

Archive du mois : avril 2012

Il Pleut de la Boue

 

 

 

Jeudi 12 Avril, Ben Bella est mort hier.

 

Jeudi est une journée comme les autres, sauf qu’on parle de « ça ». D’une façon particulière je trouve, qui a la maladresse d’un moment intime.

 

Jeudi, il fait moche, il pleut, il fait qu’on étouffe.

Je dois prendre la voiture pour me rendre dans le quartier où j’ai grandi, chercher des trucs. Ce coin, c’est un gouffre, quand on y entre on n’en sort plus. Les ruelles, les voitures qui côtoient les piétons, les enfants.

Le temps est lourd.

lire la suite

Jeunes Vies Caramélisées

 

Once upon a time,  j’attendais le coup de fil d’un mec.
Je fixais mon tel, je sursautais à chacune de ses vibrations, j’insultais les gens qui m’appelaient et qui n’étaient pas lui, et j’avais mal au ventre.
Au fil des jours, après notre premier rendez-vous, n’ayant aucune nouvelle de lui, n’osant pas faire le premier pas ( parce que bouhhh c’est la honte), je me laissais doucement mourir.
Adieu recourbe-cils et soin éclat, le maquillage n’avait plus de raison d’être. J’errais dans la vie en jean et cheveux gras, dans l’attente de voir son nom s’afficher sur mon tel.

Matin Brun

Une fois, on avait évoqué la fermeture des bars en Algérie,  et j’avais repensé à un mini texte que j’avais lu  il y a longtemps. Je voulais le partager mais impossible de me souvenir du titre et ou de l’auteur. Ce matin, en fouillant dans les cartons, je le retrouve.  Ca s’appelle  » matin brun » et c’est de Franck Pavloff.
Une petite nouvelle qui m’avait beaucoup plu. Ca m’a fait un peu moins d’effet à la relecture aujourd’hui, mais  c’est un texte auquel je repense souvent.  C’est certes une dénonciation des dérives totalitaires,  mais, parfois, certaines situations particulières, isolées, limite anecdotiques,  y font écho…..
Ca se lit très facilement et très vite, alors  voici le texte  :

Si tu vas à Gao………

 

Quand je m’ennuie, je regarde France 24. J’arrive jamais à écouter ce qui se dit, car je ne peux pas m’empêcher de lire les brèves qui défilent en bas de l’écran, ça me déconcentre.
L’autre soir, alors que je  ne comprenais rien à ce qui se passait au mali ( en résumé, khalouta makhlouta* ), j’ai lu : « sept diplomates algériens enlevés à Gao, Mali« .

How can you forget to breathe

Aaaaa j’aime pas le week-end, j’aime pas entendre le jeudi aprèm’ les gens s’exclamaient que ouf c’est enfin le week-end!  Ce sont les mêmes qui, dimanche, se plaignent qu’avec les enfants et les obligations, et les courses, on ne se repose plus.  Font chier avec leurs gosses, les gens.
Ils  ne parlent que de ça, ils font semblant que tout tourne autour de ça. Si t’as le malheur de vouloir décaler un rendez-vous de dix minutes avec une amie mère de famille ( je commence à avoir des copines qu’ont des mioches, je me fais moins jeune) , elle te sort direct un discours sur comment elle programme tous ses rendez-vous une semaine à l’avance, à cause des enfants, de la bouffe de son mari, et des courses, et que tu peux pas lui faire ça, ça va trop chambouler toute sa vie.
Ok ma fille, je serai à l’heure, faudra juste que l’esthéticienne se dépêche un peu sur mes poils.  Mon épilation du minou en prendra un coup, mais c’est pas grave.  Tu vois, moi aussi je fais des sacrifices.